Le 16 octobre, le Front de Gauche Brest/BMO appelle au rassemblement contre l’austérité

Le Front de Gauche de Brest/BMO et les organisations qui en sont membres : Ensemble!, le Parti Communiste Français et le Parti de Gauche, appellent au rassemblement jeudi 16 octobre à 11h Place de la Liberté, à l’appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires.

Ce même jour, les parlementaires débattront de la loi de financement de la sécurité sociale qui entérinera une coupe de 10 milliards d’euros.

Le CHRU de Brest sera encore lourdement touché par cette politique d’austérité qui organise la casse des services publics. Le pacte d’irresponsabilité et ses 50 milliards d’euros de cadeaux au patronat ne font que renforcer le MEDEF, conduisant à une remise en cause des 35 heures, des jours fériés, du repos dominical, de la démocratie sociale, du SMIC,…

Nous refusons toutes les politiques de casse sociale, pour nous, l’humain doit passer avant la finance.

 

Front de Gauche de Brest/BMO
Brest, le 15 octobre 2014

F. Cuillandre aux côtés du Medef contre l’hôpital public

Ce matin lors du Conseil de surveillance du CHRU de Brest-Carhaix, François Cuillandre, président du Conseil, a refusé de dialoguer avec le personnel de l’hôpital et de prendre position sur le plan de suppression de poste. A ce titre il est tout à fait légitime qu’il soit partit sous une huée générale.

Par son attitude et son silence F. Cuillandre approuve explicitement les choix de la direction de l’hôpital et de l’Agence Régionale de Santé, comme il approuve la politique d’austérité du gouvernement. Une fois de plus le maire de Brest et président de BMO prête allégeance à un gouvernement de droite sous étiquette PS et au MEDEF. Il ne s’agit pas d’un problème de «communication» mais d’une véritable volonté politique de saper le service public et de favoriser les opérateurs privés et la finance.

En soutenant la destruction de l’hôpital public il porte atteinte à l’accès de tous à des soins de qualité et favorise la concurrence des cliniques privées détenu par des groupes financés. La majorité municipale n’a pas été élue pour cela. Aujourd’hui, il est clair que les citoyens ne peuvent plus compter sur leurs élus pour défendre le bien commun et doivent se mobiliser pour défendre l’hôpital et soutenir le personnel en grève.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 9 octobre 2014

Suppressions de poste au CHU, le Parti de Gauche soutient les travailleurs en lutte

L’hôpital dépend certes de l’Etat et du budget de la sécurité sociale, mais à l’instar de l’école, c’est un service public essentiel pour la population. Les élus ne peuvent se cacher derrière l’irresponsabilité généralisée et permanente, inhérente à la Vème république, pour abandonner la santé de la population de leur ville.

Nous avons vu à Carhaix, en 2008, que la mobilisation des élus et de la population peut être efficace. Ce n’est pas via des discussions de couloirs et des suppliques que la qualité des soins et du service public sera maintenue.

Il est impératif que la ville de Brest, BMO et les villes du pays de Brest s’unissent et appellent à la mobilisation de la population pour défendre leur hôpital. Les élus se déclarant de gauche ne peuvent pas être les vassaux d’un gouvernement de droite et mépriser les conditions de vies du peuple.

C’est dans cet esprit que le Parti de Gauche soutient les travailleurs hospitaliers qui seront en grève ce jeudi au CHU de Brest.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 8 octobre 2014

Suppressions d’emplois au CHU, F. Cuillandre doit prendre ses responsabilités

L’hôpital dépend de l’Etat et du budget de la sécurité sociale, mais à l’instar de l’école, c’est un service public essentiel pour la population. Les élus ne peuvent se cacher derrière l’irresponsabilité généralisée et permanente, inhérente à la Vème république, pour abandonner la santé de la population de leur ville.

Nous avons vu à Carhaix, en 2008, que la mobilisation des élus et de la population peut être efficace. Ce n’est pas via des discussions de couloirs et des suppliques que la qualité des soins et du service public seront sera maintenue.

Il est impératif que la ville de Brest, BMO et les villes du pays de Brest s’unissent et appellent à la mobilisation de la population pour défendre leur hôpital. Les élus se déclarant de gauche ne peuvent pas être les vassaux d’un gouvernement de droite et mépriser les conditions de vies du peuple.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 28 septembre 2014

Ce que les grévistes de l’hôpital défendent, ils le défendent pour tous !

Le Parti de Gauche du Pays de Brest soutient le personnel du CHU de Brest en grève pour le maintien des postes de travail et la qualité des soins.

Une fois de plus, les tenants de l’ordre libéral, qui rabâchent sans cesse leurs discours de privilège et de prise d’otage des citoyens, sont contredis par les faits. Le personnel en grève, en perdant une journée de salaire, défend le service public et l’intérêt général.

L’accès aux soins pour tous et la qualité de ceux-ci dépendent avant tout des conditions de travail du personnel hospitalier. Nous refusons de payer de notre santé et de nos vies le prix de l’austérité.

Nous appelons donc tous les citoyens à marquer leur soutien et leur solidarité aux grévistes.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 24 septembre 2014

Baisse de dotation d’Etat : François Cuillandre s’inquiète, il est temps !

Le Comité du Parti de Gauche du Pays de Brest s’étonne de la dernière découverte de F. Cuillandre : la baisse des dotations de l’État aux collectivités locales. Voilà plus de deux ans que le Parti de Gauche alerte sur cette réalité directement liée aux mesures d’austérité.

Durant la campagne électorale des municipales le collectif « Colère de Brest ! L’humain d’abord », auquel participait activement le Parti de Gauche, était le seul a dénoncer la baisse programmée des dotations de plus de 4 millions d’euros pour Brest et BMO. Pendant ce temps F. Cuillandre mentait par omission aux électeurs.

Le Parti de Gauche s’inquiète de la solution évoquée par F. Cuillandre : mettre en avant un statut de « bon élève » pour pâtir moins que les autres de la politique austéritaire du Gouvernement ? Faire jouer la concurrence entre les territoires, les « bons » contre les « mauvais », avec les conséquences catastrophiques que cela aura pour les citoyens.

Brest ne doit pas jouer contre Quimper, Morlaix, Carhaix ou d’autres villes du département mais proposer un cadre de coopération et s’opposer à la politique d’austérité.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 23 juin 2014

Non à la culture de la précarité

Le Parti de Gauche appelle à manifester samedi 17 mai à 14h place de la liberté pour le rassemblement organisé par le collectif des artistes et précaires ART29.

Une fois de plus les droits sociaux sont revus à la baisse. La proposition du patronat : la suppression des régimes spécifiques touche tous les intérimaires et les intermittents du spectacle. Le ministre des affaires sociales, F. Rebsamen, ne doit pas donner son agrément à cette nouvelle convention de l’UNEDIC.

Celle-ci précariserait encore plus les travailleurs contraints à l’intérim, en premier lieu les femmes mais aussi les salariés de l’agroalimentaire licenciés. De plus, en réduisant les droits des intermittents du spectacle, la convention fragilise la profession des artistes et la diversité culturelle qui est un vivier de résistance face au rouleau compresseur des grosses productions commerciales.

Ce qui est ainsi mis en danger c’est la création.

 

Comité du pays de Brest du Parti de Gauche
Brest, le 15 mai 2014

La Démocratie, la grande perdante des élections

La liste « Colère de Brest ! L’humain d’abord » constate, à l’issue des ces élections municipales, le lourd déficit démocratique. Le maire de Brest a été élu par 22 187 électeurs c’est à dire par 25% des inscrits. Les suffrages blancs représentent 6% des votants et sont plus nombreux que l’écart de voix entre les listes Cuillandre et Malgorn. La légitimité du maire sort pour le moins affaiblie à l’issue de ce scrutin, mais sa liste bénéficiera de 75% des élus.

« Colère de Brest ! L’humain d’abord » regrette cette désaffection et souhaite l’émergence d’une véritable vie démocratique à Brest. Celle-ci doit exister à travers une respiration démocratique des Conseils Consultatifs de Quartier, et se traduire par la présentation et l’évaluation financière des grands projets d’investissements en adéquation avec la demande sociale et par la volonté des élus d’accepter d’écouter les habitants. Ces derniers s’investiront dans la vie locale si, effectivement ,la démocratie devient participative.

« Colère de Brest ! L’humain d’abord » est la seule liste à avoir analysé ce déficit démocratique et à avoir fait des propositions pour répondre à l’attente des citoyens.

 

Christine Panaget – Le Roy & Quentin Marchand
Porte-paroles de « Colère de Brest ! L’humain d’abord. »
Brest, le 1er avril 2014